31 octobre 2018 Rédigé par Simon Gachet

Monza: Trois heures de heurts et de bonheur

 

Blancpain GT Series Endurance Cup, Monza, 21 & 22 avril 2018

 

Grand amateur de bagarres en piste, Simon Gachet n’a pas été déçu à Monza, où le volet endurance de la Blancpain GT Series s’est ouvert avec une grille de départ de 53 GT3. Le week-end fut hélas marqué par une violente sortie de route de son équipier Antoine Jung aux essais libres, qui a hypothéqué les chances de l’Audi Saintéloc #25 en qualifications. Il n’a pas fallu mollir pendant les trois heures de course pour remonter de la 31ème à la 14ème place !

 

Bagarre de furieux

 

Avec un plateau d’une telle qualité, toute erreur est évidemment proscrite si l’on veut terminer dans le Top 10 et marquer des points au championnat. Mauvaise pioche : samedi matin, Antoine Jung sort de la piste à la chicane n°2, aussi appelée variante della Roggia. Le côté droit est bien abîmé et le châssis l’a échappé belle. Il y a toutefois de quoi mobiliser les mécaniciens du team Saintéloc pour le reste de la journée. Les essais préqualificatifs se déroulent sans l’Audi n°25, ce qui pénalise l’indispensable travail de mise au point…

 

…Au point de rendre l’exercice des qualifications quelque peu aléatoire. Dimanche matin, l’effort cumulé d’Antoine Jung, Simon Gachet et Christopher Haase, dans l’ordre d’apparition en piste, ne permet que de décrocher le 31ème temps. Qu’espérer d’une si lointaine place de grille dans ce contexte d’extrême compétitivité ? En sport automobile, et particulièrement dans la série Blancpain, on n’espère pas, on attaque ! C’est à quoi Simon va s’employer pendant la première heure de course, puisque son équipe lui confie la mission périlleuse de prendre le départ.

 

Simon : « j’ai trouvé la voiture plus efficace en course qu’aux essais. Elle était assez constante et performante. Mon relais a été mouvementé dès le départ car plusieurs pilotes ont accéléré avant le feu vert et sont venus me déborder par la gauche avant le premier virage. Dans le deuxième, j’ai dû rouler dans le gravier pour éviter une Ferrari, si bien que j’ai bouclé le premier tour P38 ! Je me suis fait doubler et j’ai dépassé un nombre incalculable de fois, mais au moment de m’arrêter après un peu plus d’une heure, le bilan était largement positif, j’étais aux portes du Top 20. L’équipe a réalisé deux excellents pitstops, mes équipiers ont fait du bon boulot, certains adversaires un peu moins et nous avons pris la 14ème place. J’adore la lutte en piste et je retrouve le plaisir vécu en monoplace avec des manoeuvres de dépassement tout de même un peu plus aisées. Mais lors du debriefing, la conclusion était la même qu’à Zolder : les qualifications sont primordiales ! »

 

Dans le Kent, du nouveau

 

Simon va fouler les 5 et 6 mai l’asphalte d’un tracé qu’il ne connaît pas encore, celui de Brands Hatch, au sud-est de l’Angleterre. D’après Wikipedia, le nom de ce vénérable circuit vient de mots gaéliques signifiant « pente boisée » et « entrée de la forêt ». Tout un programme, mais il ne s’agira pas de se mettre au vert !

 

Partagez cet article !

Laisser un commentaire