18 juin 2015 Rédigé par Romane

Cap à l’Est

Le calendrier de l’Eurocup fait la part belle aux circuits prestigieux. On retrouve notamment cinq sites qui accueillent ou ont accueilli le championnat du Monde de Formule 1. Le Hungaroring en fait partie, il possède donc des structures lui permettant d’accueillir un très nombreux public. Ainsi, 95.000 fans se sont massés dans les tribunes et le paddock pour assister aux épreuves et aux animations qui composent le programme de la World Series by Renault.

Pour sa troisième apparition sur ce circuit, Simon affichait des ambitions justifiées. Samedi, sa 12ème place de grille de départ n’est pas conforme à ses espoirs, même si elle représente un net pas en avant par rapport à 2013 et 2014. En course, il accède à la 10ème place quand deux pilotes s’accrochent au deuxième tour et il encaisse un point bienvenu au championnat.

Les choses se corsent dimanche quand, sans en comprendre les raisons, Simon se retrouve qualifié à une lointaine 18ème position. Il gagne plusieurs places au départ avant de ferrailler dans le peloton pendant 6 des 16 tours… dans le septième, un triangle de suspension casse à l’arrière de sa monoplace, mettant un terme prématuré à son parcours hongrois.

Tout s’est bien passé lors des deux meetings du championnat ALPS auxquels j’ai participé cette saison, avec deux podiums à la clé. A l’inverse, je n’ai pas été épargné depuis le début de ma campagne en Eurocup. J’ai été victime d’ennuis mécaniques extrêmement rares, mais qui me coûtent cher en termes de points et de position au classement du championnat. Se lamenter ne sert pas à grand chose, il faut simplement travailler encore plus et nous finirons forcément par être récompensés.

Simon

Partagez cet article !

Laisser un commentaire